Saison 5 2009-2010 La question des images

Organisation : Nadège Chabloz, Saskia Cousin & Bertrand Réau

Présentation : Pour la cinquième année, nous poursuivons notre exploration des recherches menées sur le tourisme. Il s’agit de tester les hypothèses, de confronter les enquêtes qualitatives et quantitatives, de comparer les terrains issus d’aires géographiques variées, de croiser les approches disciplinaires.

Cette année, nous nous intéressons particulièrement aux manières de filmer le tourisme, et aux apports des images pour la compréhension du phénomène.

La question des images

Des cartes postales du XIXe siècle aux vidéos postées par les voyageurs sur internet, les images sont omniprésentes dans l’histoire du tourisme, l’invention des lieux et la transformation des pratiques. Qu’elles soient fixes ou animées, produites par, pour ou sur les touristes, les sociétés d’accueil ou les intermédiaires, c’est donc la question des images qui sera au centre de la cinquième saison du séminaire.

Deux approches seront plus particulièrement développées cette année.

– L’étude des images. Une série d’interventions sera consacrée aux images produites par les institutions, les touristes et les médias. Que choisit-on de représenter, de raconter ? Que met-on dans le cadre, que garde-t-on « hors champs » ? Qui produit, qui contrôle les images ? Quels sont les messages véhiculés ? Quels en sont les enjeux politiques, économiques ou symboliques ? Comment les images circulent-elles ? Comment sont-elles reçues, appropriées, combattues ?

– L’étude par l’image. L’anthropologie visuelle documente depuis de nombreuses années la question des rencontres entre visiteurs et visités. L’ambition du séminaire est notamment d’appréhender la dimension heuristique de la production visuelle pour étudier les phénomènes touristiques. Nadège Chabloz a rassemblé de nombreux films – des classiques du genre aux avant-premières – que nous aurons le plaisir de projeter et de discuter avec vous.

Compte-rendu : Pour la cinquième année de notre séminaire consacré au tourisme, nous avons continué à croiser les terrains et les approches disciplinaires, en choisissant de nous centrer sur la « question des images » – fixes ou animées, produites par, pour ou sur le tourisme. Cette thématique a été explorée à travers deux approches : l’étude des images et l’étude par l’image.

L’étude des images. Des cartes postales du xixe siècle aux vidéos postées par les voyageurs sur Internet, les images sont omniprésentes dans l’histoire du tourisme, l’invention des lieux et la transformation des pratiques. Neuf chercheurs sont venus nous présenter leurs travaux consacrés à l’analyse des images produites par les touristes (Omar Saghi, IEP Paris ; Marie Roué et Florence Revelin, CNRS/MNHN), les médias (Noël Salazar ; Université de Louvain, Dominique pages, CELSA), les voyagistes (Veronique Antomarchi, CERLOM/INaLCO), les guides et les cartes postales (Rodrigo Booth, CERLIS –Université Paris Descartes ; Philippe Dallais Université de Zurich), ou encore le pouvoir politique (Habib Saidi, CELAT, Université Laval, Quebec). La mise en perspective de ces enquêtes ethnographiques, historiques ou sociologiques menées au Chili, sur les pôles, ou au Japon, à La Mecque, à Paris, en Tunisie, ou encore sur les traces des Massaïs « globalisés » ont permis de mieux comprendre les modalités spécifiques et les enjeux communs de la fabrication et de la circulation des images touristiques. Marc Augé (EHESS) a éclairé les relations entre mobilités contemporaines et images touristiques en montrant comment ces dernières reflètent en même temps qu’elles construisent nombre de nos rapports au monde.

L’étude par l’image. L’ambition du séminaire était aussi d’appréhender la dimension heuristique de la production audiovisuelle pour étudier les phénomènes touristiques. Dix films ont été projetés et discutés, dont neuf en présence des réalisateurs et de spécialistes des terrains ou des thèmes étudiés. Après Cannibal Tours, de Denis O’Rourke (1987), film précurseur présenté par Jean-Paul Colleyn (EHESS, CEA), puis Safari au Xingu d’Yves Billon (1983), nous avons projeté et débattu de films plus récents axés sur la parole et le regard des populations visitées (A Ladjé, toubabou nana ! Regarde, les blancs sont arrivés ! de Cédric Touquet et Fanny Brancourt ; Shaman Tour de Laetitia Merli ; Uncanny strangers. Catering for nature conservation in South Western Madagascar, de David Picard ; Nomades de profession, de Corinne Cauvin Verner ; ou encore Chambre d’hôte au Sahel, de Christian Lallier), ou sur la dimension initiatique et introspective que peut revêtir, pour les touristes, leur voyage (L’appel du désert, de Corinne Cauvin Verner ; Bwiti et iboga en VF. Une initiation à Libreville, de Nadège Chabloz). En donnant à voir les interactions quotidiennes ou les émotions, et contrairement à de nombreux reportages moquant les touristes, l’anthropologie audiovisuelle permet souvent de révéler avec finesse la complexité des pratiques et des engagements corporels et/ou émotionnels en situation touristique. Elle interroge également la position du chercheur/filmant qui les étudie.

Programme : 15 octobre 2009 : La question des images : introductions

« Tourismes : la quête de soi par la pratique des autres », Nadège Chabloz

« La question des images. Une brève introduction ». Saskia Cousin

Communication : « Authenticité et anthropologie du tourisme : catégorie analytique ou catégorie indigène ? », Sébastien Roux.

5 novembre 2009 : « Cannibal Tours » de Dennis O’Rourke (62 mn, 1987) ». Discussion : J.-P. Colleyn 

19 novembre 2009 : Cédric Touquet (CEMAF) et Fanny Brancourt : Projection : « A Ladjé, toubabou nana ! Regarde, les blancs sont arrivés ! », 2009, 21 mn. Discussion : Anne Doquet (IRD) 

3 décembre 2009 : Omar Saghi (CERI-Sciences-Po) : « Capter l’aura de la Mecque : pratiques de la photo durant le Hajj » 

17 décembre 2009 : Laetitia Merli (EHESS) : « Shaman tour », 2009, 60 mn.

La Mongolie qui est restée longtemps fermée aux voyageurs, s’ouvre aujourd’hui au marché libéral et est visitée par des touristes du monde entier. Quelles sont les interactions entre les touristes et les éleveurs nomades, les uns rêvant d’un monde « authentique » peuplé de rennes et de chamanes, les autres s’ouvrant au capitalisme et rêvant de la société de consommation ?  Le film présente le point de vue d’une famille d’éleveurs de rennes dont la mère est une chamane réputée et qui aujourd’hui vit essentiellement des retombées du tourisme. Amie de la famille depuis de nombreuses années, la réalisatrice se fait la confidente de la chamane qui lui expose ses réflexions, stratégies de survie et plans d’avenir.

Discussion : Sandrine Ruhlmann, docteur en anthropologie sociale et ethnologie, membre associé au LISST, Centre d’anthropologie sociale (CNRS – UMR 5193).

7 janvier 2010 : Yves Billon : « Safari au Xingu », 1983, 27mn ; Les touristes et la fin des Indiens du Brésil

Les indiens du Xingu, rassemblés depuis quelques années par les frères Villas Boas dans un parc indigène, ont pu préserver certaines de leurs traditions et survivre. C’est ainsi qu’ils célèbrent encore le Kuarup, fête majeure de leur rituel. A cette occasion où ils se réunissent en grand apparat, le film révèle les dangers d’une politique indigéniste qui les concentre dans un parc. Le troc est devenu la base de tous les rapports avec les visiteurs, et trop souvent l’artisanat des indiens est scandaleusement pillé. La réserve qui accueille de plus en plus de chercheurs, est devenu un champ d’investigation et d’expérimentation pour notre science, dont les indiens sont les cobayes. Enfin le tourisme de luxe, développe un racisme qui transforme le Xingu en un jardin zoologique.

et

David Picard : (Université de Lisbonne) : « Uncanny Stangers. Catering for Nature Conservation in South Western Madagascar », 2009, 56 min.

Uncanny Strangers has been filmed in a fishing village in the South-West of Madagascar. It is about the relationships between thevillagers and various human and non-human strangers – ancestor and tromba spirits, Western NGO workers, ecotourists, fish collectors, cattle rustlers and the ethnographic filmmaker. Through a series of everyday life episodes, it provides insights into the ontology of these relationships and the strategies employed by the villagers to make them work for their economic and political purposes. Through its specific ethnographic focus, the film points towards more generic issues related to hospitality practice, frictions in the field of environmental action and transnational forms of collaboration.

21 janvier 2010 : Marc Augé (EHESS) : «  Le tourisme et ses images »

4 février 2010 : Noël Salazar (Université de Louvain) : «”Animated Tourism Imaginaries: Simpson Safari”, discussion : Saskia Cousin

18 février 2010 : Nadège Chabloz (EHESS) : « Bwiti et iboga en VF. Une initiation à Libreville », 2009, 48 min. Discussion : André Mary (CNRS) et Julien Bonhomme (Musée du quai Branly/Université Lyon-II)

Le tourisme « mystico-spirituel et thérapeutique », consistant à partir pour une courte durée s’initier à un rite local et à absorber une plante psychotrope se développe notamment en Amérique du Sud et en Afrique. 

Ce documentaire suit l’initiation d’un Français au bwiti, un rite initiatique gabonais, dans une famille franco-gabonaise de Libreville. Il montre de quelle façon sont expérimentés et mis en discours un rite et une plante (l’iboga) par des Français, initiateur et initié. Au-delà, il livre un aperçu des motivations, des pratiques, des représentations et des interactions à l’œuvre dans une initiation qui se veut adaptée aux Occidentaux

18 mars 2010 : Christian Lallier : « Chambre d’hôte au Sahel », 2001, 58 min

1er avril 2010 : Corinne Cauvin-Verner (Centre de l’Histoire Sociale de l’Islam Méditerranéen CHSIM – EHESS) : « Randonner au désert : points de vue des touristes et des guides » Extraits de « L’appel du désert » , et de « Nomades de profession »

6 mai 2010 :Véronique Antomarchi (CERLOM/INALCO) : « L’imaginaire du Grand Nord à la source du tourisme polaire : étude des brochures touristiques des TO français »

et

Marie Roué et Florence Revelin (CNRS/MNHN) : « Laponia, site du patrimoine mondial de l’Unesco en Laponie suédoise : constitution et analyse d’un corpus de photos prises par les touristes rencontrés sur le terrain »

3 juin 2010 : Rodrigo Booth (CERLIS – Université Paris Descartes) : « Le paysage du Sud du Chili. Transports, mobilité, tourisme ». 

et

Philippe Dallais (Université de Zurich) : « Images balisées et regards multiples: les Ainu touristiques des premières photographies aux cartes postales »

17 juin 2010 : Dominique pages (CELSA) : « Le tourisme métropolitain en quête d’images »

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search